Montréal c’est électrique présente le bilan final du Hydro-Québec Montréal ePrix et annonce la cessation de ses opérations

Montréal c'est électrique > Nouvelles > Général > Montréal c’est électrique présente le bilan final du Hydro-Québec Montréal ePrix et annonce la cessation de ses opérations

Rapport

Montréal c’est électrique présente le bilan final du Hydro-Québec Montréal ePrix et annonce la cessation de ses opérations

(Montréal, le 5 février 2018) – Montréal c’est électrique (MCE), l’organisme sans but lucratif créé par la Ville de Montréal pour gérer l’événement de Formule E, a présenté aujourd’hui le bilan de ses activités (voir le bilan complet bilan) et a annoncé qu’elle mettait fin à ses opérations, suite à la décision de la Ville de Montréal de ne pas renouveler l’expérience de la Formule E en 2018.

MCE disposait d’un budget approuvé de 22,2 M $ pour organiser la première édition du Hydro-Québec Montréal ePrix. L’événement a finalement coûté 20,5 M $, soit une économie de 1,7 M $ (voir tableau en annexe). En termes de revenus, l’événement a généré des revenus de 3,5 M $, soit 0,6 M $ de moins que ce qui était prévu au budget. Au net, l’événement a donc coûté 17,0 M $ par rapport à un budget de 18,2 M $, soit une économie de 1,2 M $. MCE avait pour mandat de développer, pour ses années subséquentes d’opération, une Semaine de l’électrification des transports et d’autres activités de sensibilisation à être réalisées tout au long de l’année.

 

Des subventions promises à MCE, mais non livrées

Le financement de l’événement devait être assuré en grande partie par des subventions de 11,55 M $ promises par le Cabinet de l’ancien maire de Montréal, ramenant le coût net budgété de 18,2 M $ à un montant de 6,65 M $, soit le déficit prévu pour la première année de l’événement, lequel devait être épongé par la Ville de Montréal. Des subventions promises, seuls 3,45 M $ ont été reçus par MCE, pour un manque à gagner supplémentaire de 8,1 M $. En considérant les économies de 1,2 M $ réalisées par MCE, l’événement a donc généré un déficit total de 13,55 M $.

En termes de dette, le déficit se répartit comme suit : une marge de crédit non comblée de 6,65 M $, et des comptes à payer d’environ 6.9 M $, dont environ 0,6 M $ à evenko et 6.3M $ à Formula E Operations pour les droits de course, services et transport des équipements. Ces montants n’incluent pas les dettes potentielles pour les éditions 2018 et 2019, les contrats étant d’une durée de trois ans.

Tous les autres fournisseurs, incluant l’ensemble des fournisseurs locaux de l’événement (sauf le solde dû à evenko), ont été payés. Le budget de fonctionnement de MCE n’était que de 300 000 $, puisque l’organisme disposait d’un seul employé à temps plein et d’aucun actif.

 

Billets donnés : une considération dommageable au plan perceptuel, mais limitée au plan financier

En ce qui a trait à la billetterie de l’événement, la décision initiale du non dévoilement du nombre de billets vendus a été prise pour des raisons strictement commerciales, comme c’est la cas pour la majorité des grands événements, incluant ceux bénéficiant de financement public. Sur 45 000 participants, 15 000 billets ont été achetés par le public, ce qui selon MCE, représente une réussite compte-tenu que la Formule E en était seulement à sa troisième saison et que l’événement était pratiquement inconnu six mois avant la mise en vente des billets.

Notons que même si les billets donnés avaient tous été vendus, cela aurait rapporté moins d’un million de dollars, sur un déficit de 13,55 M $. Le succès financier de l’événement ne reposait donc pas sur la vente de billets, mais plutôt sur les autres sources de financement et les retombées économiques et touristiques à long terme de l’événement.

Toutefois, MCE reconnaît que la perception largement véhiculée qu’une grande quantité de billets avait été donnée a pu nuire à la perception publique de l’événement. En contrepartie, le fait d’avoir des estrades pleines a contribué à faire de l’événement montréalais un grand succès au plan télévisuel et touristique. MCE estime qu’à moyen terme, l’événement de formule E aurait pu constituer un grand succès public, se rapprochant du succès établi par le Grand Prix de Formule1.

Ainsi, l’événement de Montréal a été salué par le PDG de la Formule E, Alejandro Agag, comme « l’un des meilleurs événements, sinon le meilleur » organisé par le circuit depuis ses débuts. La course a généré l’une des couvertures médiatiques les plus imposantes de tout le circuit de Formule E en 2017. En effet, sur les 231 journalistes présents à l’événement, plus de 35 % provenaient de l’extérieur du Canada. Près de 3 000 articles, dossiers et rubriques portant sur l’édition montréalaise de la formule électrique ont été comptabilisés. La télédiffusion des deux courses a été vue par plus de 36,8 millions de téléspectateurs, l’un des plus importants auditoires de la saison sur le circuit.

 

Un bilan positif et des retombées significatives

MCE aimerait également rappeler certains faits saillants de son bilan :

  • Un taux de satisfaction de 92 % auprès des participants, avec 83 % d’intentions d’y retourner en 2018, selon un sondage CROP;
  • Des retombées économiques significatives : 220 emplois créés et 15,4 M $ de contribution au PIB;
  • Un public composé de 25 % de touristes ou excursionnistes (déplacement de plus de 40 km);
  • Une trentaine de kiosques de mise en valeur du savoir-faire québécois en électrification des transports;
  • Des objectifs d’éducation et de sensibilisation atteints puisque respectivement 63% et 51% des participants en ont appris davantage sur les voitures électriques et l’électrification des transports;
  • L’intérêt de 63% des participants pour les transports électriques a augmenté suite à l’événement.

L’intérêt de 63% des participants pour les transports électriques a augmenté suite à l’événement.

 

Démission du conseil d’administration et fin des opérations de MCE

À la suite du dépôt de ses états financiers à la Ville de Montréal, MCE annonce la fin de ses opérations, le licenciement de son directeur général et la démission de son conseil d’administration, lequel était composé de bénévoles.

« Notre mandat était de livrer un événement de qualité et nous quittons avec le sentiment du devoir accompli, mentionne le président du conseil d’administration de MCE, Sylvain Vincent. La plupart des critiques portaient sur le site sélectionné et sur l’impact de l’événement auprès des citoyens et commerces du quartier et sur la circulation, deux éléments qui relevaient de la Ville de Montréal et non de MCE. Pour notre part, nous avons réussi à organiser en moins de huit mois un événement de qualité et d’envergure internationale, et à le livrer en-deçà du budget qui nous avait été octroyé. »

« La mission et le plan stratégique que nous avions développé pour MCE allaient bien au-delà de la simple tenue de la course de formule E, affirme le directeur général de MCE, Simon Pillarella. La course comme telle se voulait l’événement-phare de ce qui allait devenir à sa deuxième saison la Semaine de l’électrification des transports ainsi que de l’organisation d’activités de sensibilisation à longueur d’année, qui étaient en cours de développement afin de promouvoir tous les modes de transport électriques. Au-delà de la décision de la Ville de Montréal de mettre fin à l’événement de Formule e, nous regrettons de ne pas avoir eu l’occasion de poursuivre notre mission de sensibilisation à l’électrification des transports. J’aimerais remercier les membres du conseil d’administration de MCE ainsi que tous les partenaires et supporteurs de MCE qui ont cru en notre mission. Nous sommes fiers d’avoir livré un événement de calibre mondial à l’intérieur d’un délai extrêmement limité. »

 

À propos de Montréal c’est électrique

Montréal c’est électrique (MCE) est un organisme à but non lucratif créé pour faire la promotion de l’électrification des transports et de son implantation dans la grande région métropolitaine. MCE s’appuie notamment sur la présentation de la finale du championnat de Formule E de la FIA au Canada. Au-delà de la course, MCE élabore une programmation annuelle avec des partenaires de l’industrie. Ensemble, ils visent à mettre en valeur le potentiel des transports électriques, à mieux informer la population et à favoriser la mise en réseau.

 

Source : Montréal c’est électrique (MCE)

Informations :
M. Patrice Attanasio
AGO Communications
514 501-5717
patrice@agocom.ca

 

Annexe : Livrables financiers MCE Réel vs budget 2017

Bilan de Montréal c’est électrique

Montréal c'est électrique